Calvaire à loques de Steene



Caché par un bosquet d’arbres en plein champs, le calvaire à loques de Steene près de Bergues, est un des grands témoins de la tradition des loques. Une tradition encore particulièrement vivante dans notre région. Que ce soit durant la semaine sainte ou tout au long de l’année, de nombreux pèlerins viennent accrocher un linge, un objet aux branches qui l’entourent. Témoins des prières et des remerciements, les innombrables plaques déposées. 


Un vœu à l’origine du calvaire à loques de Steene

L’histoire du calvaire de Steene remonterait au tout début du XVIIIe siècle. Floris Hyacinthe Zylof, propriétaire du château de Steenbourg, fait un vœu : avoir un descendant. En effet, son épouse, Marie-Jeanne de Créquy, approche de la quarantaine sans avoir mis au monde de descendant. Son vœu est exaucé. Elle a 39 ans lorsque naît en mai 1707 leur fils unique : Floris Guillaume Zylof. Son père fait alors ériger ce calvaire sur ses terres, non loin du château.


Un lieu de pèlerinage et une source guérisseuse

L’origine du calvaire, avec la naissance inespérée d’un fils, a probablement attiré très rapidement des croyants en quête d’une « réponse à leur prière ». Prières de fécondité, prières liées à l’enfant puis par extension la recherche d’une guérison, d’une délivrance… Le culte du calvaire à loques de Steene a pris peu à peu place parmi les lieux guérisseurs de la région Nord. Et ce, d’autant plus que, juste au pied du calvaire, une source permet également de puiser de l’eau réputée guérir les fièvres.


Sources : Par Isabelle Duvivier https://nord-decouverte.fr/le-calvaire-a-loques-de-steene/

Photographies : Sébastien Valens 

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.